Lancer son activité [PARTIE 2]

Lancer son activité [PARTIE 2]

Avant de commencer, si vous avez raté la partie 1 dans laquelle nous parlions des statuts indépendant, indépendant complémentaire et de la Smart. Pas de panique suivez le lien : lancer son activité [PARTIE 1]

3/ Les sociétés en commandite simple (SCS)

On aurait pu faire une présentation des SPRL ou des SA, mais il nous semblait préférable de parler des SCS.

En vous lançant dans ce type de société, contrairement à la smart ou aux coopératives, vous n’aurez pas de filet de sécurité.
Les SCS sont constituées de deux parties :

-les commandités qui sont co-responsables (en cas de faillite, les associés le sont aussi).
-les commanditaires qui apportent les fonds, mais n’a aucun droit de gestion.

À noter qu’un commanditaire peut devenir commandité et dans ce cas, il sera également lié aux autres et pour une durée indéfinie.

Côté avantages :

-pas de capitaux minimums
-pas besoin de faire un acte notarié
-liberté dans la création des statuts
-vous n’avez pas l’obligation de publier des comptes annuels.

Pour les inconvénients, vous l’aurez compris, il faut être au moins deux. Si vous êtes plusieurs commandités vous avez intérêt à bien vous entendre.

Bien que sur le papier ça semble tout beau nous vous déconseillons cette forme.
D’ici quelques années cette forme juridique sera amené à disparaître dans un but de simplification. Il ne restera dès lors que les SPRL, SA et les coopératives.
Lorsqu’on a demandé à un comptable son avis sur les SCS ça réponse fût s’en appel :

Oublis, c’est comme si tu voulais braquer une banque avec un vieux flingue. Quand tu tireras, ça risquera de te péter au visage

Un verdict sans appel, après libre à vous de tenter l’aventure.

 

En sommes préféré monter une SPRL, si vous n’avez pas les fonds de départ (18500e tout de même), il existe le programme SPRL Starter qui vous permet de débuter avec 1e !

Seul ombre au tableau, la faillite! Dans le cas des SPRL Starter, si vous faites faillite dans les trois premières années, les membres fondateurs devront rembourser les différence entre le capitale investi et les 18500e. Donc recapitaliser au plus vite!

4/ Les sociétés coopératives

Historiquement, les coopératives sont faites pour les structures agricoles ou sociales. Aujourd’hui de plus en de personnes souhaitant un système hiérarchique non-pyramidale se tournent vers cette option.

Cela vous permet d’avoir une structure linéaire et donc un statut égalitaire.

En belgique, il existe deux formes de sociétés coopératives:

  • Les SCRL : société coopérative à responsabilité limitée.

Cette forme juridique nécessite trois fondateurs au minimum ainsi qu’un acte notarié.
Vous devrez vous prémunir d’un capital minimum de :

  • un quart de chaque part sociale (soit 25%)
  • avec un minimum de 6.200 € (pour un capital minimum de 18.550 €)

 

  • SCRI : société coopérative à responsabilité illimitée

Cette forme juridique est moins contraignante que la SCRL.

L’acte notarié est facultatif, les obligations administratives et comptables sont moins lourdes.

L’organisation de la structure est plus libre.

Cependant, la responsabilité illimitée s’applique aussi pour les dettes. De ce fait, le recouvrement peut se faire auprès d’autres associés.

Conclusion faire une SCRI, c’est un peu comme faire une SCS, à vos risques et périls…

Quelque soit la forme choisi, vous pouvez faire la demande d’un agrément. En effectuant cette démarche vous serez alors membre de l’assemblée générale du Conseil national de la Coopération (CNC).

 

Le système des coopératives est un bon moyen de débuter. Mais, avec ce type de structure, si votre activité grandit jusqu’à un certain stade l’organisation risque d’être problématique.

Vous vous êtes déjà imaginé prendre des décisions à 30 ? Ou mieux un membre de la coopérative qui ne s’investit pas beaucoup, mais du fait que vous soyez tous égaux aura une prime égale à la vôtre (alors que vous faites 90% du taff).

 

Il existe une dernière forme juridique, la SCOP: société à gestion coopérative et participative. Vous trouverez plus d’informations sur le site les-scop
Si vous souhaitez vous tourner vers cette option sachez qu’en Belgique on ne PEUT PAS obliger les travailleurs à être coopérateurs.

C’est une faculté qu’ils ont au bout de x mois.

Cette forme n’existe pas encore en droit belge, ce qui s’en rapproche le plus est une SCRL avec l’agrément au CNC.

Conclusion

Statut AVIS Frais de fonctionnement Capitaux nécessaires Nécessite une gestion
Indépendant Solution classique si vous êtes sûr de votre activité et l’avez déjà testé. +/- 700 trimestre oui
Complémentaire Bon moyen de débuter un projet en parallèle d’un mi-temps ou d’un temps plein mini 70/trimestre oui
Smart Notre solution coup de coeur pour débuter, simple, pratique si vous ne vendez pas, vous n’avez pas de cotisation à payer et vous pouvez arrêter quand bon vous semble 6.5% / contrat non
Coopératives d’activités Très bien pour débuter et si vous êtes chômage celui-ci est conservé durant votre temps d’incubation gratuit, conserve le chômage pas au début mais fortement conseillé pour se lancer
SCS Seulement si vous êtes suicidaire 347.50 / an pas de capitaux mini oui ainsi qu’un acte notarié
SCRL Bien si vous voulez un système hiérarchique linéaire. Mais si votre affaire grandit on vous conseil de passer en SPRL 347.50 / an mini 6.200 (pour un capital mini de 18.550) oui et un acte notarié
SCRI même avis que les SCS 347.50 / an oui, acte notarié facultatif
SPRL SI la SCRL ne vous convient plus ou que vous avez les reins solides. 347.50 / an mini 6.200 (pour un capital mini de 18.550) acte notarié

 

En bonus : où trouver des aides pour lancer son activité ?

Sur le site Actiris, vous trouverez beaucoup de ressource si vous êtes actuellement au chômage et souhaitez vous lancer comme indépendant. Suivez le lien

Sur le site du 1819, vous aurez plus d’information sur le programme “Tremplin-indépendants” toujours à destination des chômeurs.

Via le FOREM vous y trouverez le programme Airbag, pour l’aide à la création d’entreprise.

Le site Belgium.be regroupent les organismes dispensant des formations pour vous aider à lancer une activité.

Cerise sur le gâteau la CBC qui centralise des liens vers différents organismes pouvant vous aider en fonction de votre région!

Bonus 2 : deux e-books à télécharger

Un premier de 69 pages sobrement intitulé:
Aide financière et accompagnement pour démarrer mon activité” réalisé par le comité du Brabant Wallon.

Et un second plus concis (45 pages):
Les aides financières à la création et au développement d’entreprise” créé par l’UCM (la principale organisation francophone engagée dans la défense des indépendants notamment).

 

Related Posts