The most dangerous writing app

“The most dangerous writing app” ou comment monter son squelette en 5 minutes.

La productivité, c’est très surfait. Cette obligation constante d’être actif et productif engendre souvent du stress dans notre société consumériste. Pourquoi ne pas souffler un petit peu avec une chouette et relaxante petite app ? Si vous aimez écrire, ce sera doublement fun ! Pourquoi ? Parce que cette app, c’est l’application d’écriture la plus dangereuse (disponible sur www.themostdangerouswritingapp.com).

« The most dangerous writing app »

Le principe est simple : vous choisissez un laps de temps ou un nombre de mots et tout ce qu’il vous reste à faire, c’est écrire. L’application est flexible, vous pouvez définir la durée de votre session entre 3 minutes et une heure ou entre 75 et 1667 mots. Pas de sujet imposé, pas de vérification d’orthographe, juste vous, votre ordinateur et vos mots. A vos doigts, tapez !

Evidemment, il y a un petit détail à ne pas oublier : si vous arrêtez de taper quelques secondes, pouf, votre texte disparaît. A la place, vous vous retrouvez avec ce subtile et délicat message.

You failed ! (a dangerous app)

Délicatesse.

Il existe même un mode hardcore pour les plus téméraires d’entre nous. “Comment est-ce que ça pourrait être plus dur ?” me demandez-vous, une pointe d’angoisse dans la voix.

Comme ça :

Le texte est caché, comme cette image en fait (a dangerous app)

Votre ordinateur ne bug pas, c’est normal

Si vous ne voyez pas grand-chose dans ce screenshot, c’est normal, le mode hardcore cache le texte que vous rédigez au fur et à mesure. Il faudra être un minimum confiant dans vos capacités rédactionnelles si vous espérez rédiger quelque chose qui a du sens.

Maintenant, vous vous rendez-compte que j’ai peut-être un petit peu déformé la réalité… D’abord, parce qu’il est possible que ce ne soit pas l’app la plus relaxante après une dure journée de travail… Mais surtout parce que cette app permet potentiellement d’être plus productif ! Si vous comparez votre première tentative avec les suivantes, vous remarquez très rapidement du progrès et votre écriture devient plus fluide.

De plus, vous pouvez garder la conscience tranquille si vous “trichez” en écrivant les premiers mots qui vous passent par la tête. En “balançant un seau de peinture sur un mur pour voir ce qui colle”, vous dépasserez un des plus terribles obstacles de la rédaction : l’angoisse de la page blanche. Tout ce que vous aurez écrit ne sera pas bon (désolé mais c’est la cruelle vérité), mais au plus vous vous habituerez à lâcher prise et à laisser libre cours à votre créativité, au plus rapidement vous aurez une base d’écriture.

L’anatomie d’un texte.

Pour conclure, je vous partage humblement un petit conseil d’écriture : quand je rédige un article, j’évite toujours d’écrire mon texte d’un seul trait. En théorie, j’essaye d’imaginer une certaine “anatomie rédactionnel” avec différentes couches.

D’abord il faut un squelette, une base sur laquelle reposera l’ensemble de l’exposé; ça comprend simplement une idée et quelques phrases clés. “The most dangerous app” est justement un excellent outil pour monter son squelette.

Une fois que notre squelette est suffisamment solide, on passe aux muscles avec l’agencement des informations et les liens logiques. Si vous avez déjà des idées pour vos introductions et conclusions, vous pouvez commencer mais simplement un premier jet.

La couche suivante, la peau, c’est la zone visible. Vous développez et réunissez toutes vos informations et insufflez de la personnalité à votre texte. Paradoxalement, elle est aussi importante que superficielle.

Et pour (presque) finir, on identifie les organes, les mots clés et éléments les plus importants du texte sans lesquels votre création ne peut pas survivre. Ces organes sont-ils viables ? Si oui, bravo, votre texte est pratiquement fini.

Le reste, c’est juste de la “chirurgie esthétique” : vous repassez tout le corps (du texte) en revue et vous corriger les erreurs ou optimisez ce qui peut encore l’être.

Voilà, il ne vous reste plus qu’à jouer les apprentis Frankenstein en chipotant avec des squelettes sur l’application la plus dangereuse. Amusez-vous bien !

Related Posts