Lexique marketing digital

T

u es perdu dans le vocabulaire du marketing digital et ses acronymes ? Pas de panique, nous étions comme toi il y a peut. Mais armé de patience et d’un travail acharné, nous avons fini par sortir de cette jungle numérique. Comme nous sommes gentils chez BlankTitle, et que nous aimerions que tu comprennes ce que nous racontons, nous avons pris le taureau par les cornes ! Et c’est dans cette optique d’érudit, que le lexique du marketing digital a été conçu. Bien entendu c’est une liste non complète (nous t’avons choisi les termes les plus pertinents). Bien que ça nous semble évident, il n’est pas conseillé pour ta santé mentale de tout lire d’un coup (si tu le fais, ne viens pas te plaindre que c’était dur de rester concentrer jusqu’à la fin).

Le lexique du marketing digital

Analytics :

Outil d’analyse gratuit mis en place par Google. Via l’ajout d’un code (fourni par google) sur votre site
(dans le cas de wordpress il y a des plugins pour ou les thèmes proposent d’intégrer une clé d’activation), tu peux suivre le trafic de ton site, les interactions de tes utilisateurs, leurs temps de lecture, leur position géographique, via quel appareil ils surfent et comment ils sont arrivés sur votre page.

 

 

Bien sûr, il y a une contrepartie : l’obligation légale de dire à tes utilisateurs que ton site emploie des cookies.

Adwords :

Google Adwords est l’outil publicitaire de Google. Grâce à lui, tu peux lancer des campagnes (payantes) sur différents réseaux (que ce soit sur les réseaux de recherche, les requêtes Google ) via des banners ou encore des vidéos Youtube. Avec Adwords, tu peux fixer différents objectifs : générer des visites, des prospects, ou des actions plus précises. Cela te permet de toucher environ 90% des internautes du monde. C’est un outil très puissant dans tes campagnes web.
Sois vigilants à bien le configurer et à suivre tes campagnes, sinon cela pourrait te coûter cher en frais inutiles.

Quand on lance sa première campagne de pub, on ne vois plus Adblock de la même manière…

Backlink :

Ce sont les liens extérieurs qui mènent à ton site web. C’est un des paramètres importants dans ton référencement naturel. Nous reviendrons plus en détails dessus dans un futur article sur le SEO et les différentes stratégies à mettre en place.

En français : dos de Zelda. Humour geek.

Call to Action :

Comprends “inciter à l’action” ; la plupart du temps, ce dispositif stratégique se matérialise sous la forme d’un gros bouton avec un texte montrant l’action à effectuer ou le bénéfice que pourrait générer cette action. Les “call to action” sont très importants dans la mise en page de votre site web, pour amener tes internautes à suivre tes suggestions.

Click here to like

CM ou Community Manager :

C’est la personne en charge de tes réseaux sociaux ; elle s’occupera de la gestion de tes comptes, notamment elle les animera via différents posts, répondra aux questions et commentaires. Le Community Manager est un poste clé dans la relation avec les clients, il a un contact direct avec eux et sera la personne la plus apte à t’aider pour mieux définir les attentes de tes clients.

Rien de drôle avec les community manager, ce sont des héros modernes qui vous protègent de tes fans.

CMS, Content Management Système :

Les CMS sont des gestionnaires de contenu qui te permettent de créer et de gérer un site web sans savoir coder, bien que la connaissance des langages basiques soit un plus.

Il en existe actuellement plusieurs sur le marché, dont les principaux sont WordPress, Drupal, ou Joomla ; il y a en de plus spécialisés pour l’e-commerce, tels que Prestashop ou Shopify.

On estime à 1 / 4 la proportion de sites web réalisés chaque année via WordPress. Ce n’est pas une blague. C’est beaucoup.

Content Marketing :

Ou l’art de mettre à disposition pour des internautes du contenu utile ou ludique (comme ce lexique).

Le Content Marketing est typiquement la partie “blog” d’un site (comme cette partie que vous lisez en ce moment).

Il peut aussi prendre la forme des avis clients, de vidéos, ou encore du descriptif de vos produits (comme…).

Son but est d’ajouter du contenu en vue d’améliorer ton référencement naturel et d’ajouter de la valeur à ton site aux yeux des utilisateurs (comme vous).

L’important avec ce type de stratégie est d’opter pour la qualité (comme ici) et d’optimiser tes articles pour le référencement.

Si tu cherches un bon exemple de contenu de qualité, ne cherche pas plus loin : pertinent avec une pointe d’impertinence.

Conversion Rate (taux de conversion) :

Ce taux, très utile sous Adwords, te permet d’avoir une idée de la performance de ton action.

On l’obtient en divisant le nombre de conversions par le nombre de clic sur une annonce fois 100.

Ex: Paul a fait sa première annonce adwords ; 1000 personnes ont cliqué sur cette annonce, qui a généré 60 ventes. Son taux de conversion sera alors de (60/1000)*100, soit 6%.

CPC, Cost Per Click :

Le CPC représente le type d’acquisition par défaut sous Adwords.
C’est la somme que Google te facturera chaque fois qu’un internaute cliquera sur un mot clé que tu auras introduit.

Il y a un peu d’acronymes en marketing.

CPA, Cost Per Action :

Semblable au coût par click, à la seule différence que tu ne seras facturé qu’une fois que l’utilisateur aura réalisé une action que tu auras prédéfinie : un appel, une inscription à une newsletter ou l’envoi d’un formulaire.

Il y a quelques acronymes en marketing.

CPL, Cost Per Lead :

Symbolise la somme que tu auras dépensée en action marketing dans le but d’attirer un nouveau prospect, quel qu’il soit. Ce type de facturation est souvent associé aux campagnes d’affiliation.

Il y a beaucoup d’acronymes en marketing.

CPM, Cost Per Mile :

Mode de facturation relative au nombre d’apparitions de ton annonce dans les résultats d’une recherche.

Les pubs sont facturées pour mille vues (un peu comme tes oranges quand tu les achetes au kilo).

Ce type de facturation se retrouve sur Adwords avec les campagnes des réseaux display, lors d’un partenariat avec un site en vue de diffuser une image de banner sur ce site, qui redirigera vers tes produits/services.

Il y a encore des acronymes en marketing.

CPV, Cost Per View :

Ce type de facturation concerne les vidéos.

Sous Adwords, il existe deux types d’annonces vidéo : les TrueView InStream (où vous payerez dès lors qu’un internaute visionnera 30 secondes de votre vidéo, qu’il interagit avec un des éléments ou qu’il la regarde en entier si elle dure moins de 30 secondes) et les annonces Video Discovery TrueView, où tu payeras dès lors qu’une personne clique dessus et donc lance la vidéo.

Il y a peut-être trop d’acronyme en marketing.

Creative marketing :

Vu par certains comme le digne successeur du growth hacking, le creative marketing a pour ligne directrice l’innovation, l’essai, le souci de penser différemment !

Exploite la sérendipité !

A l’image de la pub, son objectif principal est qu’on se souvienne de toi.

Sérendipité : le don de faire par hasard des découvertes heureuses. De rien.

CRM, Customer Relation Management :

Tu as du mal à gérer tes relations avec de trop nombreux clients ou fournisseurs ?

Les CRM sont des outils de management destinés à t’aider dans cette gestion. Ils te permettent de stocker tes informations, de les trier, de les organiser et de les partager.

On devrait inventer un acronyme pour réunir les acronymes…

Display :

Dans le domaine du marketing digital, ce terme désigne les annonces dans des formats de type image, bannière ou vidéo.

Heureusement qu’il y a des images…

Elevator pitch :

Avec ce pitch, tu dois arriver à présenter ton entreprise ou votre projet en 30 secondes.

Le but étant de convaincre un éventuel prospect ou financeur.

Précision : ne nécessite pas obligatoirement un ascenseur.

Funnel (ou tunnel de conversion) :

Mot anglais qui se traduit par “entonnoir de conversion”. Il prend la forme d’un graphique semblable à une pyramide inversée reproduisant l’évolution du parcours client. Voir l’image ci-contre, ce sera plus clair…

Growth hacking :

Ou “piratage de croissance” ; ce type de marketing n’a qu’un seul objectif : grandir vite et à faible coût. Certaines techniques employées par les growth hackers peuvent s’avérer à la limite de la légalité, mais qu’importe si l’entreprise grandit ! Par exemple, exploiter la faille d’un autre site ?

Inbound marketing :

Son principe consiste à fournir gratuitement au client du contenu qui l’intéresse et l’inciter ainsi à te solliciter davantage.

Tu as un excellent exemple sous les yeux.

Persona :

C’est un personnage fictif, identifié par une étude de terrain, représentant ton segment de marché ou ton public cible.

Cerner le profil du persona est une étape indispensable pour la construction de ton marketing.

Par exemple, Jérémy et Jean n’existent pas, ce sont les créations d’une intelligence artificielle quelconque.

Page Rank :

Initialement créé par Google, c’est le système de notation d’un site web, basé sur la quantité et qualité des backlinks.

Meta description :

Lorsque tu effectues une recherche internet, plusieurs propositions de sites apparaissent.

La meta description est le texte qui apparaît avec chacun des liens de site.

Lead :

Le lead désigne un contact commercial avec un éventuel client ; il peut prendre la forme d’un courriel, d’un échange téléphonique…

Ces leads peuvent être de qualité variable.

Si une personne a bien pris le temps de s’informer sur ce que tu fais et comment tu le fais, tu auras un lead d’une meilleure qualité et donc plus susceptible d’aboutir à une transaction qu’un simple surf superficiel.

Landing page :

Sur ton site web, c’est votre page d’atterrissage ciblée, là où l’internaute arrivera après avoir cliqué sur une annonce ou un lien, ou effectué une autre action de connexion.

Il est très important que cette page soit en adéquation avec la démarche de votre visiteur. Il serait dommage qu’un client qui clique sur ton annonce concernant des chaussures de sport arrive sur ta page d’accueil et non sur le dit modèle.

Pertinent même si tu ne vends pas de chaussure de sport.

KPI : key Performance Indicator :

ICP en version française, pour “indicateur clé de performance”.

Cet indicateur te permet de juger de l’efficacité de ta stratégie marketing. Beaucoup des KPI essentiels pour ton site web ont été présentés ici.

Nous pouvons y ajouter le panier moyen, le nombre de pages vues, ou encore le temps moyen qu’un utilisateur passe sur ton site.

Keyword (mot-clé) :

Dans le domaine du référencement naturel, les mots-clés sont votre clé de voûte.

Il est important de bien les définir car ils sont l’objet même de la recherche de l’internaute ; ce sont eux qui feront apparaître ton site dans les résultats de recherche.

Choisi des mots qui te différencie de la concurrence tout en restant pertinent.

Si aucun vendeur de chaussure n’utilise le mot “baguette”, il y a une raison. L’originalité a ses limites…

Prospect :

Pour ton entreprise, un prospect est simplement un client potentiel avec qui tu as établi un premier contact.

Les prospects sont tes meilleurs amis et tes pires ennemis.

Remarketing ou retargeting :

Cette démarche commerciale consiste à relancer un client potentiel qui s’est contenté d’une simple visite de ton site, ou a abandonné un panier sans aller jusqu’à l’achat.

Tu as lancé une recherche sur une magnifique paire de chaussures (sans forcément vouloir l’acheter), et dans les temps qui suivent, te voici inondé de publicité pour les dites chaussures.

Le monde d’internet est tellement bien fait ; on t’ y pousserait presque à l’achat !

Responsive design :

Le responsive design est le fait de concevoir un site adaptable à différentes tailles d’écran.

Car la résolution de votre écran 4K et de ton smartphone ne sont pas les mêmes.

ROI, Return Of Investissement :

Cet acronyme désigne la mesure de la rentabilité de tes investissements ; tu le calcules ainsi :

ROI = les gains moins les coûts d’investissements, le tout divisé par les coûts d’investissement.

Cette proportion qui fluctue doit être régulièrement surveillée.

Le client est ROI.

(gains – coûts d’investissement)
coûts d’investissement

SEO : Search Engine Optimization :

Lorsque ton site apparaît sur Google (sans avoir payé pour), c’est le résultat de votre référencement naturel/organic (SEO).
Le SEO prend en compte 3 facteurs :

-les backlinks

-la pertinence de votre contenu pour l’utilisateur

-les keywords

Avoir une bonne stratégie SEO te permettra, à moyen terme, d’apparaître à la première page lors d’une recherche.

Tiens, un acronyme ça faisait longtemps…

SEA, Search Engine Advertising :

Les stratégies SEA sont une option complémentaire au SEO ; elles s’en différencient par le fait qu’elles sont payantes.

En investissant financièrement dans les publicités sur les moteurs de recherche, tu peux faire la promotion ciblée d’un nouveau produit, ou te démarquer de tes concurrents dans une certaine zone géographique.

A la fin de ce lexique, tu seras accro aux acronyme.

SEM, Search Engine Marketing :

Ce terme sert seulement à regrouper le SEA + SEO + SMO. Rien de compliqué, donc !

Combinaison de math et acronyme. Merci qui ?

SMO, Social Media Optimization :

Cet acronyme résume l’ensemble des techniques et actions ayant pour but le développement de ta visibilité sur les réseaux sociaux, donc via d’autres médias que ton site ou ton blog.

“SMO’ acronym, SMO’ problems”

Storytelling :

En marketing digital, le storytelling est une pratique de valorisation de tes produits et services via un récit plutôt qu’un exposé didactique.

Il s’agit de vendre du rêve à tes prospects. De manière plus large, ce récit peut aussi servir à développer ton image de marque et, pourquoi pas, te faire passer pour une légende.

Dans “vendre du rêve”, l’idéal est de remplacer le mot rêve par le mot produit.

Trafic organique :

Le terme désigne l’ensemble des visiteurs qui arrivent sur ton site via les moteurs de recherche. Pas très excitant dit comme ça, mais très apprécié.

Trafic referral :

Les visiteurs qui sont entrés sur ton site via un backlink.

Exemple, un site parle de toi et met un lien vers ton site, la personne qui cliquera sur ce lien arrivera sur ta page et sera donc issu du trafic referral.

UX, User Experience :

Ce terme désigne le souci que tu dois avoir d’assurer à l’internaute une navigation agréable, facile et efficace : esthétique, lisibilité, clarté, cohérence …

La visite de ton site doit être perçue par l’utilisateur comme une expérience gratifiante et convaincante.

Aujourd’hui, il est capital de prendre en compte cette dimension lors de la création de son site ou de son app.

Si le visiteur qui arrive sur ton site se retrouve frustré car il n’a pas accès de façon simple et intuitive à la bonne information, il risque de fuir.

Un bon exemple d’ UX expérience est le site de la SNCF qui a été un des premiers en France à donner aux usager la possibilité d’acheter un billet sans créer ou être connecté à un compte utilisateur.

Pour une fois que la SNCF est en avance, il faut le préciser !

Veille (technologique) :

vigilance, mise à jour, actualisation …

Activité essentielle et quotidienne dans le secteur numérique et des nouvelles technologies.

Dans ces domaines où tout évolue très vite, nous pouvons sans nous en rendre compte devenir un dinosaure avec un savoir, des techniques et des outils d’un autre âge. En bref, la veille est là pour te maintenir à flot.

Avoir des grandes dents, c’est cool mais pensez aux petits bras de Tyrannosaure : c’est mauvais pour votre dactylo !

En mettant une veille pertinente, tu resteras toujours dans la course, “l’apex predator” si tu préféres…
Si tu as besoin d’un exemple de mise en pratique, lis notre guide à propos de facebook.